1 commentaire

Quand Jérôme Cahuzac « cherchait la merde »

Son nom est aujourd’hui sur toutes les lèvres.

cahuzac

Depuis sa mise en examen pour « blanchiment de fraude fiscale » et son aveu publié sur Internet, Jérôme Cahuzac a tacitement mis fin à sa vie politique. Son crime : avoir menti au représentants de la Nation lorsqu’il avait notamment nié l’existence de tout compte bancaire à l’étranger.

Un autre mensonge, plus léger mais peut-être révélateur d’une certaine hypocrisie sociale, mérite d’être revisité.

Il y a deux ans, à la veille du week-end pascal, celui qui était alors député-maire s’était fait remarquer, au niveau national, par un joli coup de communication, très apprécié du côté de la gauche sécuritaire-tendance Valls : lors d’une discussion improvisée avec des riverains, l’homme a administré « deux gifles » à un jeune homme « insultant » venu lui poser des questions. Selon Jérôme Cahuzac, il s’agissait là d’une réaction légitime pour un geste assumé.

« J’ai subi, en un laps de temps très court, trois agressions verbales. J’ai tenté de calmer le jeu, en vain. La deuxième fois, ce jeune homme m’a contraint à le repousser physiquement, sinon il me bousculait. Pour autant, il a poursuivi ses provocations. Celles-ci s’attaquaient non seulement à ma personne, mais à ma qualité d’élu. Dès lors, je ne pouvais pas agir autrement que de lui montrer que le maire ne céderait pas. J’ai alors répondu à ses provocations de manière à la fois proportionnée et adaptée »

Problème : âgé de 20 ans et féru de rap, le jeune homme en question, prénommé Nicolas et originaire de Lille, a nié cette version des faits. A deux reprises :

* Dans le journal de 20h de France 2, diffusé le 25 avril 2011, l’intéressé précise avoir abordé le maire de la sorte : « Je m’appelle Nicolas, j’ai 20 ans, je viens du Nord ». L’élu socialiste lui aurait répondu: « Retourne d’où tu viens ». Le giflé aurait répondu: « «T’es qui pour me dire ça ?» « Il me pousse et me dit ne me manque pas de respect et là il m’agresse, ses policiers comment ils m’entourent, il vient et me met une claque » .

* Deux jours plus tard, Rue89 est allé à sa rencontre. Extrait : « Il dit qu’il ne s’est jamais fait remarquer ici :« La preuve : personne ne me connaissait, alors que je traîne ici depuis six mois. Moi, je dis bonjour et je passe inaperçu. Y a que le maire qui m’a cherché la merde. C’était pas une gifle, mais une pichenettte sur le front qu’il m’a donnée. S’il avait frappé fort, j’aurais répondu ». Il ne porte pas plainte contre le maire par peur d’être grillé « dans toute la France ».

Deux ans plus tard, le jeune rappeur -dont la parole était mise en doute au regard de celle du notable politique- obtient sa petite revanche.

Aujourd’hui, celui qui s’est « grillé dans toute la France », c’est Jérôme Cahuzac.

Un commentaire sur “Quand Jérôme Cahuzac « cherchait la merde »

  1. Casse toi tu est grillé CAHUZAC !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :