2 Commentaires

Affaires Boulin, DSK, Merah : Claude Guéant aux premières loges

Il fait aujourd’hui la Une des journaux et enchaîne les plateaux audiovisuels pour mieux se défendre : Claude Guéant est un homme aux abois.

L’ex-ministre de l’Intérieur et bras droit de Nicolas Sarkozy n’était pas spécialement inquiété par la presse lors de son passage au sommet de l’Etat.

Désormais, on le somme de toutes parts de s’expliquer sur, notamment, le versement -en 2008, depuis l’étranger- de 500 000 euros sur son compte.

Une pécadille au regard de la carrière trouble d’un homme formé aux méthodes crapuleuses du clan Pasqua. De 1979 à 2012, cet homme de l’ombre a contracté maintes relations dans le domaine de la pègre, de la barbouzerie et de la haute finance sans que les médias n’y voient alors à redire. Fin 2011, un article du journaliste Nicolas Beau esquissait timidement les connexions mafieuses et occultes de l’intéressé. Au même moment, un papier multimédia, plus audacieux, de Francis Christophe (ex-AFP), dévoilait le rôle trouble du jeune Claude Guéant, âgé alors de 34 ans et fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, dans l’étouffement de l’assassinat -maquillé en suicide- du ministre Robert Boulin en 1979.

L’affaire Boulin est devenue, pour la France, l’archétype du crime d’Etat vis-à-vis duquel la presse écrite et audiovisuelle entérina rapidement la version officielle -et mensongère. Réputé pour ses divulgations, le Canard enchaîné n’avait pas, non plus, failli à cette règle tacite de l’omerta.

En 1994, Claude Guéant se verra propulsé à la tête de la police nationale par son mentor Charles Pasqua. C’est sous son autorité que Roger Marion, patron de l’antiterrorisme, se verra dédouané, à la faveur d’une enquête interne, des accusations de « torture » pratiquée en 1995 à l’encontre de militants islamistes suspectés de fomenter des opérations terroristes.

En 2010/2011, un autre scandale, dans lequel était impliqué l’ex-secrétaire général de l’Elysée devenu ministre de l’Intérieur, sera largement ignoré par la presse mainstream: la surveillance policière, accompagnée d’une mise sur écoute, de Dominique Strauss-Kahn. Quelques furent les errements personnels de l’homme alors en charge du FMI, il était illégal de pratiquer une intrusion dans la vie privée d’un citoyen, notamment quand celui-ci était envisagé comme le futur rival de l’élection présidentielle de 2012. Un ouvrage, intitulé L’Espion du Président, confirma la rumeur : une « cellule DSK » avait été secrètement mise en place à la DCRI, sous l’autorité de Bernard Squarcini et par la volonté de Claude Guéant, afin de traquer au plus près les failles comportementales de DSK.

Ce sont ces faits qui provoquèrent la suspicion à propos de l’attitude du clan Sarkozy (Guéant mais aussi Alain Bauer et des dirigeants du groupe Accor) lors du passage de l’ex-dirigeant du FMI au Sofitel de New-York et de l’arrestation qui s’en est suivie.  Des contradictions étaient apparues à propos de la chaîne de transmission de l’information.

En outre, la question d’une instrumentalisation politique -du moins en aval- s’est posée lorsque Libération révéla par la suite que des coups de fil avaient été passés à la police de New-York, par un dimanche après-midi, depuis le Quai d’Orsay et le ministère de la Justice pour alourdir la constitution du dossier pénal de DSK.

Il était une fois Mohamed Merah

Un an plus tard, une autre affaire allait donner l’occasion à Claude Guéant de parader sous le feu des projecteurs. Pour la première fois, un ministre de l’Intérieur se chargeait de la communication dévolue normalement à des représentants de la justice pour raconter en direct ce qui deviendra l’affaire Merah. Deux heures après le quadruple meurtre survenu dans le collège-lycée juif de Toulouse, Claude Guéant était sur place pour superviser lui-même l’enquête et l’identification du criminel. Quitte à perdre de vue celui-ci, rapidement « logé » dans son domicile, pendant six heures…(à 36’30).

Par une curieuse et tragique ironie, c’est le même homme qui, la veille, promettait solennellement à la communauté juive de protéger l’accès à ses écoles confessionnelles. En compagnie de Jean-François Copé et Manuel Valls, Claude Guéant était convié à un débat organisé par le Consistoire israélite de Paris. Là aussi, le destin est déroutant : Arié Bensemhoun, en charge de la communauté juive de Toulouse et candidat actuel pour la présidence du CRIF, racontera, quelques semaines plus tard à un média local, s’être personnellement entretenu avec le ministre de l’Intérieur, le soir du débat dans un restaurant, avant de le quitter pour se reposer afin de regagner, le lendemain matin, sa ville. Les deux hommes se retrouvèrent ainsi, à nouveau, dans l’enceinte du collège-lycée Ozar Atorah. Quelques jours plus tard, Claude Guéant, de retour à Paris, commettra d’ailleurs un lapsus à propos du drame, évoquant « la peine éprouvée par la communauté israélienne » (au lieu d’employer le mot « israélite »).

Contrairement aux affaires Boulin et DSK, l’affaire Merah n’a pas dit son dernier mot. La question d’une responsabilité, au sein de la DCRI ou de la DGSE, pour camoufler la nature exacte des relations du jeune Toulousain avec la mouvance djihadiste et les agents du renseigenement reste ouverte. L’auteur de ces lignes aura bientôt l’occasion de revenir en détail sur ce sujet à propos duquel Manuel Valls, les parlementaires socialistes (tel Jean-Jacques Urvoas) et la plupart des grands médias semblent s’empresser de tourner la page.

******************************************

* « Trop de musulmans en France » : quand Sarkozy et Guéant ressuscitent l’esprit de Vichy (avril 2011)

*Après l’extrême droite, Claude Guéant drague les électeurs juifs et musulmans (janvier 2012)

* Claude Guéant : « Ce qui est en cause, c’est la religion musulmane »(février 2012)

* Comment Nicolas Sarkozy a banalisé le fichage policier des musulmans pratiquants (avril 2012)

* Les 72 anomalies de l’affaire Mohamed Merah (juillet 2012)

2 commentaires sur “Affaires Boulin, DSK, Merah : Claude Guéant aux premières loges

  1. Tiens, au-delà d’une certaine ligne, la carte de journaliste n’est plus valable ??
    On l’attend d’ailleurs aussi sur Bilderberg ou Le Siècle.

    Raynaud comme Laurent ont dû perdre le peu d’illusions qu’ils avaient sur Obama. Dans son livre sur La face cachée des banques, Mr. Laurent parle un peu des affairistes de Chicago (fief rappelons-le de Leo Strauss et de Milton Friedman) qui ont entouré Obama dont Rahm Emanuel et un client qui spéculait sur les sociétés HLM qu’il ne maintenait pas en bon état.

    Il doit aussi sentir que derrière la « destruction créatrice » des tours du WTC (même si Ledeen n’emploierait publiquement l’expression qu’en 2003), il y a Kroll, donc Kissinger Associates et AIG de l’ex directeur de la FED de NY Greenberg. On frise le tabou du haut du panier du pouvoir bancaire. Dans la face cachée des banques, il ne touche pas à la Fed je crois non, sauf mauvais souvenir de ma part ?

    Personnellement, à choisir, je serais pour élire Eric Laurent membre du CSA ! Il a beau faire un peu son flic de la pensée médiatique, c’est quand même notre flic de la pensée médiatique de notre bord à nous. :-)/

    Quant au 11/9, c’était en effet un job local… et un job fédéral.
    Puisque que curieusement, à vous lire, Urban Moving avait reçu une subvention fédérale :
    http://www.alterinfo.net/Vigies-libres-contre-extorqueurs-et-va-t-en-guerre-In-memoriam-faisons-du-vacarme_a90180.html

  2. L’Affaire Merah a ete une Mise en Scene , tellement mal faite que les Mullets et Anes l’on trouve’ Suspecte . Quand on voit les CV de Sarko , Gueant , Scarcini , Bauer , controverse’ , menteurs , on ne peut que crier a la Manipulation Orduriere , devenue Secret Defence et Affaire d’Etat . Un Scandale , que le Pouvoir Actuel ( Presidence Holland ) fait tout pour proteger l’Etat et l’Image de la France . . Abdelkader Merah , frere du Bouc Emmissaire Mohamed Merah , est a l’isolement en Prison , alors qu’il nie toute participation a l’affaire , se pourrait qu’on le suicide , ou qu’il ne sorte jamais , ou alors un marche : sa vie contre le silence . Cette dramatique Affaire de Toulouse Montauban et Affaire Merah devenue secret defence et Affaire d’Etat prouve bien le coup Monte , et mise en Scene des Sept Meurtres , dont Mohamed Merah a ete le Coupable exquis . Gueant a Menti pendant 32h , et pourtant personne ne le croit . Il a bien essaye’ mais il restera dans l’histoire lui et ces Comperes comme Colin Powel Bush les plus grand menteur de l’Onu . L’agent , ou , Tueur a gage , proffessionel de toulouse montauban courent Toujours . Nous avons tous une Raison et Conscience , et Jamais , Jamais Gueant ne nous convainquera avec sa Stupidite’ et Fable . Lisez l’Ex Commissaire des RG Mr Hubert Marty Vrayance et Affaire Merah , ou il parle de Mise en Scene tordue , dont a son sens , et vu cette affaire bancale ,que Merah n’est pas le Vrais Tueur . C’est un homme plus credible que Sarko ou Scacini , ou Gueant le menteur en chef . Merci Mr Marty . Et Merci Hicham .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :