Poster un commentaire

Jeannette Bougrab: « C’est toujours un plaisir de venir en Israël »

Du 3 au 6 juin, l’ambassade de France en Israël a organisé, à Tel-Aviv, un forum-débat autour des thèmes « Nation et Citoyenneté ».

Parmi les invités figurait Jeannette Bougrab, ex-ministre du gouvernement Fillon, membre du Siècle et ancienne présidente de la Halde.

Interrogée en aparté par un vidéaste de l’ambassade, la pasionaria de l’affaire Baby Loup a évoqué son souci de la laïcité et de l’égalité hommes-femmes avant de qualifier Israël de régime « démocratique » et d’« Etat de droit ».

Aucune mention n’est faite par l’observatrice, pour qui « c’est toujours un plaisir de venir en Israël », au sujet de la présence des nationalistes religieux dans le gouvernement Netanyahu ou de la discrimination généralisée à l’encontre des immigrants, notamment des femmes éthiopiennes contraintes à la contraception.

Le 21 mai, Jeannette Bougrab donnait déjà une conférence -chaleureusement promue par le CRIF et consacrée à « la laïcité moribonde »– depuis un bastion de la mouvance sioniste hexagonale: l’association France-Israël, présidée par l’extrémiste Gilles-William Goldnadel.

De Pretoria à Tel-Aviv

Hier, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a fustigé le traitement israélien des prisonniers palestiniens ainsi que les conséquences socioéconomiques du blocus imposé au territoire de Gaza. Richard Falk, superviseur du rapport (et qui fut interrogé par l’auteur de ces lignes à propos de l’accusation -sempiternelle- d’antisémitisme lancée par le CRIF à son endroit) expérimente, à nouveau, la fureur de personnalités et de groupes pro-israéliens qui exigent aujourd’hui sa démission.

Si Nelson Mandela -actuellement hospitalisé dans un état grave– devait bientôt disparaître, il est probable que Jeannette Bougrab lui rendra, à l’instar de toute la classe politique, un vibrant hommage. Il ne lui viendra pourtant pas en tête que l’esprit qui anima le Sud-Africain dans sa lutte contre l’apartheid est le même qui avive, de nos jours, la critique internationale de l’Etat d’Israël.

« Apartheid« : ce terme controversé, pourtant assumé par une majorité de Juifs israéliens, est également celui employé par un ex-journaliste du Monde, Michel Bôle-Richard, à propos de la situation locale. Auteur d’un essai intitulé « Israël, le nouvel apartheid », l’homme a eu récemment l’occasion de développer, face caméra, l’angle de vue adopté dans son ouvrage : au sein de l’Institut des relations internationales et stratégiques d’une part, sur le plateau de TV5 d’autre part. Dans un format plus long, il est également intervenu sur ce sujet, le 11 avril, dans le cadre de l’Institut de Recherche et d’études Méditerranée et Moyen-Orient.

Quant à Jeannette Bougrab, gageons que sa délicatesse au sujet des violations des droits de l’homme par le régime de Tel-Aviv ne sera pas vue d’un mauvais oeil par ses nouveaux employeurs. L’ex-ministre est devenue, fin 2012, avocate associée au sein du cabinet international Mayer Brown qui défend, entre autres clients, le ministère israélien de l’agriculture -et non d’éventuels paysans palestiniens humiliés ou spoliés de leur terre.

Une interrogation vient alors à l’esprit : qu’en aurait pensé le grand-père algérien de Jeannette Bougrab, lui qui vécut l’occupation française et fut garde-champêtre?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :