9 Commentaires

Israël et le 11-Septembre : le livre papier en pré-vente

Chateaubriand, la philosophe Simone Weil et l’historien Henri Guillemin sont toujours d’actualité. Illustration.

Sur le thème de « l’histoire officielle », et de la nécessité de remettre parfois celle-ci en question, le scientifique Joël de Rosnay avait joliment taclé les journalistes de France Info et de Rue89 lors d’un débat enregistré en 2010. Interrogé par David Abiker à propos de la « fonction tribunicienne » du site Agoravox et de la propension de ses contributeurs à débattre du 11-Septembre, l’éminent défricheur d’idées a souligné (de 43’30 à 46’) la faiblesse contemporaine du « journalisme d’investigation » et valorisé -à la grande surprise de la chroniqueuse caricaturale de Rue89-  la notion de  « conspirationnisme », rappelant (sans parler spécifiquement du 11-Septembre) que les « conspirations politiques » existaient.

Quand il s’agit du 11-Septembre, même des personnalités réputées pour leur esprit critique et impertinent rentrent docilement dans le rang. Tel fut le cas, samedi dernier, de Daniel Schneidermann : interviewé -depuis un stand de la Fête de l’Huma- par Xavier de La Porte, journaliste à France Culture, le célèbre animateur du site Arrêt sur images a évoqué (à 44’) sa méthode pour discréditer d’emblée, lors de ses émissions sur le sujet, le  « complotisme absurde » des détracteurs de la version officielle du 11-Septembre. Pour le critique des médias, il ne s’agit jamais de sonder, dans le cadre d’un authentique débat contradictoire, la validité de leurs arguments mais seulement de les « pousser jusqu’au bout de leur logique » afin de les ridiculiser aux yeux de l’internaute. De concert, son interviewer Xavier de La Porte lui a alors donné l’exemple, présenté comme le plus extravagant, de la thèse -défendue par certains d’entre eux- de l’implication du « Mossad ».

Trois jours plus tôt, un autre intervenant de Radio France avait tenu, lui aussi, à diaboliser l’hypothèse d’une connexion israélienne du 11-Septembre. Sur France Inter, le géopolitologue Fréderic Encel a fustigé, dans sa propre émission, ceux qui, à travers le monde, accusent le « sionisme international » d’être coresponsable de l’évènement. Avec son ton vindicatif, le professeur suggérait ainsi à l’auditeur qu’il serait inepte d’employer ces deux termes dans la même phrase et scandaleux de relier une telle expression à la causalité du 11-Septembre.

Une attitude qui rappelle celle employée jadis par la journaliste Nathalie Saint-Cricq, responsable du service politique de France 2. C’était le 12 avril 2012 dans l’émission Des paroles et des actes animée par David Pujadas. L’invité du jour était Jacques Cheminade, prétendant à l’Elysée. A l’occasion d’une digression sur le 11-Septembre, la journaliste a tenté d’exposer le degré de « conspirationnisme » du candidat en lui posant une question particulièrement saugrenue dans le cadre d’un débat relatif aux préoccupations immédiates des Français :

« Personne ne pense que c’est Israël ou les Américains qui ont organisé le complot… Vous non plus? ».

Chose amusante, la journaliste -visiblement hostile (à l’instar de son collègue Fabrice Arfi de Mediapart) à toute exploration de la piste israélienne du 11-Septembre- est également l’une des personnalités qui furent conviées à se joindre à la récente célébration mondaine du nouvel an juif par Marek Halter, simple écrivain engagé en faveur de la paix au Moyen-Orient d’après ses amis et agent des services secrets israéliens selon l’ex-DST.

L’éléphant dans la pièce

Relayé par l’antenne du service public qu’est France Inter, le double message au caractère négationniste (dont l’inexactitude serait aisément démontrable) de l’ultra-sioniste Frédéric Encel fut diffusé le jour des commémorations de l’attentat. Sur les écrans des télévisions occidentales, seule la posture émotive était autorisée. Et comme chaque année, les images Haute-Définition du Président américain -se recueilllant devant la Maison Blanche ou le Pentagone- ont été largement reprises par les médias euro-atlantistes.

Plus intéressante fut la cérémonie tenue, ce jour-là, à Jérusalem. Dan Shapiro, ambassadeur des Etats-Unis, Yuval Steinitz, ministre israélien du Renseignement, et des représentants du Fonds national juif ont rendu hommage aux victimes des attentats devant le « Mémorial du 11-Septembre », plus grand monument au monde dédié à l’évènement après celui de New York.

Pour qui s’est penché sérieusement sur le dossier du 11-Septembre, l’ironie est macabre : cinq minutes -à peine- après le crash du premier avion dans le World Trade Center, trois Israéliens avaient été aperçus par plusieurs riverains en train de se prendre en photo, l’air hilare, devant la Tour nord embrasée. A ce moment-là, la plupart des New-Yorkais estimaient encore qu’il s’agissait là d’un tragique accident, et non d’un acte terroriste : le second avion n’était pas encore apparu. L’enquête du FBI et les investigations de journalistes locaux révéleront que ces hommes, finalement arrêtés par la police dans l’après-midi, étaient des agents des services secrets israéliens. Quelques semaines plus tard, au sein du personnel politique de Tel-Aviv, une expression sera couramment employée -selon le journal Haaretz du 18 décembre 2001- pour caractériser la perception d’un attentat qui favorisera rapidement les intérêts géostratégiques d’Israël: le « miracle de Hannouca ».

Nouvelles révélations

Le 5 février 2013, sur Amazon, j’ai publié mon livre Israël et le 11-Septembre : le grand tabou en format numérique. Dans un mois, à la mi-octobre, une version imprimée -et plus étoffée- sera disponible. Elle contiendra plusieurs nouveaux chapitres afin de développer certains éléments d’information inédits. Parmi les thèmes explorés en profondeur ou abordés pour la première fois :

  • Un déménageur devenu un pro des explosifs : souvenez-vous de Yaron Schmuel. Ceux qui ont lu l’e-book ou l’extrait en ligne du premier chapitre se rappelleront probablement de ce jeune Israélien -au look rasta- arrêté le 11 septembre 2001 (avec quatre autres camarades) par la police pour avoir manifesté une joie incongrue à la vue de la Tour nord en flammes.

Deux mois plus tard, de retour en Israël, il continua de clamer son innocence, prétendant avoir simplement été un employé de la société de déménagement Urban Moving Systems, et non un espion au service du Mossad. Comme l’affirmèrent plusieurs sources recoupées, UMS était pourtant une antenne sous couverture du Mossad. En 2004, la chaîne britannique Channel 4 le retrouva à Tel-Aviv et l’interrogea : il s’amusa encore d’avoir été identifié à un agent secret, ajoutant curieusement que « l’histoire est si bonne que, peut-être, en effet », il l’était bel et bien.

YaronShmuelEn 2013, l’homme affiche désormais un CV (partiellement accessible en ligne) plus proche des forces spéciales que du secteur du déménagement. Yaron Schmuel n’a visiblement pas pu gravir les échelons du Mossad (au regard de son arrestation et de la polémique internationale qui s’en est suivie, le contraire eût été étonnant) mais semble avoir construit une belle carrière dans l’antiterrorisme périphérique, confirmant ainsi les doutes à son sujet lors de son arrestation spectaculaire du 11 septembre 2001.

  • Les liens occultes NSA-Israël : en cette fin de l’été 2013, la presse internationale a rapporté l’une des révélations produites par Edward Snowden, l’ex-informaticien de la NSA. Celle-ci aurait conclu un accord secret et spécial avec le régime israélien pour lui transmettre des données confidentielles. A propos du 11-Septembre, l’un des aspects les plus complexes de la connexion israélienne concerne l’interception des communications électroniques effectuées, entre 2000 et 2001, par des militaires israéliens à l’encontre -notamment- de plusieurs haut-fonctionnaires américains de la police et de la défense. Présentée comme la plus grande agence du renseignement, la NSA fut rarement scrutée lors des enquêtes officielles relatives au 11-Septembre. Chose intéressante, son directeur à l’époque, le général Michael Hayden, travaille désormais pour le Chertoff Group, du nom de Michael Chertoff. Cet Israélo-Américain fut le secrétaire à la Sécurité intérieure entre 2005 et 2009. Issu d’une famille ultra-sioniste, Michael Chertoff est également l’homme qui fut responsable -en tant que directeur de la section criminelle du ministère de la Justice- de la libération de plusieurs agents du renseignement israélien (dont Yaron Schmuel) durant l’automne 2001, agissant en collaboration avec le néoconservateur Richard Armitage, alors assistant du secrétaire d’Etat Colin Powell. Ces informations, ainsi que celles relatives au maillage politico-militaire des neocons (Rumsfeld, Cheney, Wolfowitz, Zakheim) alliés aux soutiens plus discrets d’Israël (parmi lesquels figurait Richard Clarke, surnommé le « tsar du contre-terrorisme ») sont développées, sourcées et recoupées dans le livre papier.
  • Recensor911 : je reviendrai également en détail sur la censure tacite (similaire à celle prônée -dès 2002- par le président du CRIF) et instaurée par l’association Reopen911 au sujet de la connexion israélienne des attentats. Leur récent relais d’une nouvelle vidéo intitulée « Le Nouveau Pearl Harbour » confirme ce que de nombreux ex-sympathisants leur reprochent désormais : leur fixation stérile sur les  aspects techniques du 11-Septembre (l’avion dans le Pentagone, la démolition contrôlée des tours, la tour 7, etc) doublée de leur évitement des ramifications géopolitiques dès lors que celles-ci conduisent à Tel-Aviv (sur les 5 heures de ce documentaire habilement construit, aucune seconde n’est consacrée à la piste israélienne et 3 minutes seulement abordent le cas de Larry Silverstein sans le moindre rappel de sa connexion intime avec la classe dirigeante israélienne).

Paradoxalement, une citation de leur nouvel héros (dénommé Massimo Mazzuco) -à propos des partisans de la version officielle- illustre parfaitement la posture (l’imposture ?) intellectuelle des cadres de Reopen911 face à quiconque soulignerait la connexion américano-sioniste :

« Ils s’accrocheront à tout et n’importe quoi, chercheront à invalider les questions en amont, à en réfuter d’une manière ou d’une autre le sens ou le bien-fondé, car c’est pour eux la seule manière de ne pas s’enfoncer davantage (…).  

Ils s’attacheront aux mots, pinailleront sur les virgules, feront semblant de ne pas comprendre le sens profond de la question, de façon à ne pas avoir à affronter le problème ».

A l’instar des chercheurs James Corbett (dont la vidéo-buzz est censée résumer, en 5 minutes, les anomalies du 11-Septembre) et Kevin Ryan, l’association francophone adopte la ligne officieuse des critiques de la version officielle du 11-Septembre consistant à éviter, soigneusement et systématiquement, toute allusion à la piste israélienne. Et comme leurs homologues américains, ils préfèrent davantage reprendre l’antienne réductrice de « l’inside job » pour mieux décrédibiliser le débat et limiter la portée de toute investigation digne de ce nom.

Un cran au-dessus

Mon livre imprimé sera, dans un premier temps, édité en tirage limité et disponible uniquement via Internet. Pour le montant de 20 euros, vous pouvez ainsi commander, dès aujourd’hui, un exemplaire et bénéficier exceptionnellement des frais de port offerts (pour tout achat effectué avant le jour de la sortie). Un email de confirmation vous sera adressé dans les 24 heures suivant la commande. Lors de sa parution, à la mi-octobre, vous recevrez alors le livre par voie postale. Le format court et numérique de mon enquête demeure toujours accessible sur Kindle Amazon (9,48 euros) et en PDF transmis par email (9,50 euros).

Contrairement aux affaires Kennedy et Ben Barka, le 11-Septembre demeure une énigme contemporaine. Ses commanditaires, ses complices et ceux, plus largement, qui ont choisi de couvrir -politiquement et médiatiquement- les véritables responsables sont encore en vie. Quant aux conséquences des attentats, elles perdurent, qu’il s’agisse de l’imposture de la « guerre contre le terrorisme » ou de l’alimentation de l’islamophobie. Si la plupart des militants pro-palestiniens ou altermondialistes persistent à garder la tête dans le sable à ce propos, de plus en plus de citoyens, à travers le monde, osent désormais dénoncer, grâce à Internet et en connaissance de cause, la mystification du 11-Septembre et sa connexion avec un cartel belliciste, affairiste et ultra-sioniste opérant entre Wall Street, Francfort, Tel-Aviv, Washington, Moscou, Londres et Paris.

Les hommes qui forment les maillons de ce crime organisé sont toujours vivants et continuent d’influencer la vie politique, diplomatique et médiatique à l’échelle mondiale. Tenter d’exposer précisément leur identité et leurs alliances, sans recourir aux concepts nébuleux en vogue chez certains idéologues (« l’Etat profond », « clan Bush », « complexe militaro-industriel », etc)  constitue l’un des objectifs que s’est fixé l’auteur de ces lignes.

Il ne tient qu’à vous d’en apprécier les résultats.

Cliquez sur ce lien

pour commander l’ouvrage imprimé

Israël et le 11-Septembre

9 commentaires sur “Israël et le 11-Septembre : le livre papier en pré-vente

  1. Plutôt que de se contenter de la version de quelques « ex-sympathisants » de notre association, pourquoi ne pas nous contacter pour avoir la notre ?

  2. Hicham, vous pouvez critiquer ce que bon vous semble sur Reopen en ce qui me concerne, mais de ce que je sais (et j’ai recoupé) celle-ci essaye clairement de vous joindre justement pour parler de votre livre, qui a suscité d’importants débats internes. Jusque là pas de réponse. Ça n’est ni très correct ni très productif – l’association a résolu de parler du livre, peut être pas en monde panégyrique intégral mais pas non plus en mode brulot, alors qu’est ce qu’on attend ?

    Est il si compliqué de reconnaitre que l’association, à l’image du mouvement sur la Verité, a une approche qui évite au maximum les angles politiques pour se center sur les aspects policiers, et que si on réfléchit à ce qu’est une association citoyenne sur une telle question, c’est probablement sa place légitime ? Quand vous pointez la différence de traitement effectivement scandaleuse entre les israëliens hilares et les fausses images de joie en palestine, vous avez bien raison, mais c’est un sujet qui dépasse celui de la vérité sur le onze septembre. Reopen ne cherche pas spécialement à taire ces choses mais est ce bien à cette association qu’il faut demander de porter ce combat là ? Et est ce là un bon procès de croire que parce qu’elle ne porte pas ce flambeau là comme vous le faites, elle désapprouve que vous la fassiez ? Certains membres le font manifestement, mais certains autres manifestement pas, au contraire. L’important c’est que tout le monde continue à se parler calmement, il me semble. L’ostracisation me semble clairement l’arme de l’ennemi et en ce qui me concerne militer sur le sujet implique de s’interdire d’y recourir à son tour.

    En espérant sinon qu’on règle tous les malentendus (et qu’au moins si désaccord il reste ce soit exclusivement pour de bonnes raisons), et j’espère à bientôt en Reopen News,

    Redford

  3. Est il besoin d’un contact secret et d’une demande particulière de l’auteur pour avoir la position officielle de ReOpen sur le livre de Hicham Hamza?
    ReOpen ne manque pas de tribune pour exposer ses convictions.

  4. Secret je sais pas mais à un moment il faut bien prendre contact, oui😛 Ca peut étonner mais cette étape a semble-t-il patiné…

  5. je suis allé voir les films de « reopen »j’ai écouté leurs conférence, et je ne suis pas du tout convaincu par leurs arguments, car, pour résumer leur théorie:, les coupables sont « les arabes »!!ils sont une autre branche de nos amis de sion, ni plus ni moins.Les seuls qui donnent un maximum d’explications convainquantes (le pourquoi, le comment , le qui,)sont les gens de » missing links »et j’ai énormément fouillé la question.
    ce sont ces gens là , tous les spécialistes ingénieurs américains, pilotes américains, spécialistes les bâtiments_-_acier américains etc…….qui sont à considérer , non les autres.

  6. sans oublier l’ouvrage très fouillé de Christopher Bollyn ,consultable sur son site internet

  7. Livre commandé ! J’ai hâte de lire ce que vos recherche ont donné car lorsque cela fait plus de 10 ans que l’on s’intéresse à la question du 9/11, que l’on a tout lu, tout regardé (merci ReOpen et consors), on se rend bien compte qu’il manque un lien pour aller au bout des choses.

    Les gens de Missing Links, on plus qu’éclairé ma lanterne et enfin beaucoup de choses se mettent en place. Je sais que beaucoup ont peur du pneu enflammé que l’on pourrait leur mettre au cou et je ne les blâme pas car il est légitime d’avoir peur des atrocités dont ces lâches qui ont tout pouvoir en ce moment, sont capables.

    Mais pour pouvoir garder sa dignité, il faut bien accepter des vérités sales et déprimantes, c’est le prix à payer pour garder un minimum de courage et de liberté pour qui il faut sans cesse se battre, qui n’est jamais acquise.

    Redford, j’espère que vous serez entendu quand vous nous appelez à trouver le moyen de rester unis malgré nos possibles (et heureuses) divergences.

  8. Salut Hicham,

    J’ai acheté ton livre (1ère version, format numérique) dès sa sortie et l’ai bcp apprécié. Il détaille en effet des aspects intéressants du 11/9 et des connexions vers Israël que peu d’ouvrages ou de sites francophones ont osé aborder jusque-là, et je trouve ça très courageux de ta part.
    Au passage, ça serait pas mal de faire une ristourne pour la 2e version à ceux qui ont acheté la première, mais c’est un détail😉

    Pour en venir au fait, il ressort de ton article ci-dessus une frustration assez évidente, voire une volonté de vengeance ou de rétorsion vis-à-vis de l’association ReOpen911 du fait qu’ils ont choisi de ne pas enfourcher le même cheval de bataille que toi, à savoir, dénoncer les complicités israéliennes dans les attentats du 11/9. Tu projettes de dénoncer la « censure » qui règnerait au sein de l’association, tu parles d' »imposture des cadres de ReOpen911″, d’ex-sympathisants qui partent, etc. Ce sont des mots très durs, qui me paraissent totalement immérités.

    ReOpen911 n’a pas vocation à fédérer toutes les sensibilités militantes autour du 11/9. Son objectif est d’apporter une information de qualité, pratiquement introuvable ailleurs (en français), au plus grand nombre possible. Pour cela, elle fait les choix qu’elle estime les plus efficaces pour attirer la curiosité des francophones sur le sujet du 11/9. Typiquement, le film de Mazzucco (qui n’est pas notre « héros », comme tu le dis ironiquement, mais simplement quelqu’un qui a fait un formidable travail de recueil et de mise en forme d’informations sur les aberrations des arguments des débunkers) ne fait pas allusion aux implications géostratégiques du 11/9, ni aux connexions avec les services secrets, etc., car si tu commences par mettre ce type d’information dans les mains des gens, du grand public, qui est peu ou pas informé sur le sujet, la plupart ne sauront pas quoi en faire, car il leur manque le point de départ, qui est et reste la supercherie de la V.O.

    L’association ReOpen911 fait – bénévolement, et j’en sais quelque chose – une partie du travail d’information sur le 11/9 en France, et encore une fois, rien n’empêche ceux qui le veulent, de la compléter, de mettre sur pied d’autres sites, d’aborder le sujet différemment. Mais je ne comprends pas bien à quoi cela sert de s’en prendre à nous comme tu projettes de le faire, et en quoi cela peut faire avancer le débat, ou faire changer les choses. Ton combat est louable, tout comme le nôtre, et nos différences sont au contraire source de richesse et de questionnements. Pourquoi nous battre entre nous alors que nous avons déjà tant à faire avec tous ceux qui voudraient nous faire taire ?

    –GV

  9. Hichem, avant tout qu’Allah te protège !

    Plutôt d’accord avec ce que dit F6 (21/09/2013 à 20:40) quant à hélène (22/09/2013 à 18:41) je ne pense pas qu’elle fabule.

    L’insistance de ReOpen à te rencontrer me paraît bien suspecte…

    Je voulais acheter ton livre mais je n’ai pas de carte bancaire. Ma seule possibilité est de faire un virement à un compte bancaire ou postal. Si cela est possible, envoies-moi un mail avec les coordonnées.

    A plus, fils, que Dieu te Garde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :